Je me souviens (Noé)

Du bord de cette plage
Les yeux perdus au loin
Là où s’éloignent les nuages
Et perce la lumière du matin

La mémoire est-elle fiable
Ou me joue-t-elle un tour ?
Entre réel et probable,
Je repense à ces jours,

Je me souviens …

De la poussière du sol
Sous les arbres qui tombent
Au milieu d’une terre folle
Pour qu’une arche se fonde,

Des années infinies
A aimer, supplier
Des hommes sourds et bornés :
Ils étaient mes amis

Je me souviens …

Du cortège animal
Et de ces heures si longues
A supporter le mal
Sous un ciel sans une ombre,

Du regard en arrière,
De mes 2 mains qui tremblent :
Refermer cette porte ?
Saurais-je le faire ?

Je me souviens …

De la pluie qui inonde,
Et emporte le navire,
De la colère qui gronde,
Agite et fait périr,

De l’oiseau de malheur
Qui, sans cesse, revient,
De ces doutes dans mon coeur :
Reverrai-je demain ?

Et cette paix déferlante
Qui brule au fond de moi,
Certitude évidente
D’avoir fait le bon choix,

Je me souviens …

Du bruit sourd de ce bois
Qui se brise et libère
Un équipage qui croit
Qu’il ne peut plus rien faire

Du bord de cette plage,
Moi, Noé, je regarde au loin
L’arc en ciel sans nuage
Pour un nouveau matin,

Et comprend …

Les Cieux offrent la grâce
Là où l’Homme est perdu,
Les Cieux offrent la grâce
Là où l’Homme est perdu.

(Texte de Yatal. Chanson en cours de composition. #CompoParticipative #EcrivonsUneChanson #Noé)